Le couperet tombe sur le programme VVAP et sur le réseau

Communiqué publié par la Fondation Villes et villages d'art et de patrimoine

À la suite de la signature du Pacte fiscal transitoire et lors d’une récente rencontre, le ministère de la Culture et des Communications du Québec confirmait à la Fondation Villes et villages d’art et de patrimoine l’abolition du volet 5 de l’aide aux initiatives de partenariat, communément appelé Programme ou Entente Villes et villages d’art et de patrimoine (VVAP) – de même que des coupures dans le soutien financier accordé à la Fondation.

{{La Fondation Villes et villages d’art et de patrimoine}}

La Fondation VVAP est un réseau québécois d’intervenants en développement culturel. L’organisme, devenu opérationnel en 1998, avait d’abord comme objectif de réseauter les promoteurs municipaux et les conseils de bandes qui participaient au programme Villes et villages d’art et de patrimoine (VVAP) géré par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Depuis 2010, la Fondation maintien et développe le réseau au-delà du programme VVAP, en mettant sur pied différentes activités, notamment un Colloque annuel pour les acteurs du développement culturel, des formations, des conférences et des rencontres de codéveloppement ainsi que du parrainage. Le réseau compte plus d’une soixantaine de membres répartis dans toutes les régions du Québec : « Dans le cadre de nos activités, les membres de la Fondation mettent en commun leurs connaissances et leur savoir-faire pour valider leurs projets culturels, trouver de nouvelles avenues au développement culturel de leur région et pour les soutenir dans leurs mandats. Les expertises développées en région sont diverses, multiples et nos activités sont un moyen de stimuler cette effervescence et de contribuer au dynamisme culturel de leur territoire », précise Jessica McMaster, coordonnatrice à la Fondation. À ce jour, la Fondation attend toujours la confirmation écrite de son financement pour l’année 2014-2015 mais des coupures ont été signifiées par le ministère.

{{Programme Villes et villages d’art et de patrimoine}}

La signature d’une entente VVAP avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec permettait aux municipalités de 50 000 habitants et moins, aux MRC ainsi qu’aux conseils de bande, de partager les coûts d’embauche d’une ressource formée dans le domaine des arts, de la culture ou du patrimoine et dont le mandat général était de structurer le développement culturel d’un territoire donné.

Les agents de développement culturel interviennent directement sur le terrain, auprès des citoyens et des organismes. C’est en passant par la promotion de la culture, la planification, la structuration et la coordination des projets, en favorisant le développement des ressources locales et régionales, en jouant un rôle d’accompagnateur auprès des intervenants et en consolidant le positionnement de la culture comme une composante du développement global et durable du territoire et de sa collectivité, que le rôle de ces acteurs se retrouve au premier plan. Source : [www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=2403->http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=2403] et [www.mamrot.gouv.qc.ca/grands-dossiers/pacte-fiscal-transitoire-avec-les-municipalites/->http://www.mamrot.gouv.qc.ca/grands-dossiers/pacte-fiscal-transitoire-avec-les-municipalites/]

Les récentes orientations du ministère indiquent qu’aucune nouvelle aide financière ne sera accordée dans le programme VVAP. Des lettres ont été adressées aux promoteurs pour les aviser que :
-# les ententes triennales ratifiées seront honorées et prendront fin au 31 mars 2015 ou 2016, selon les cas
-# pour les ententes en cours de renouvellement, les promoteurs pourront présenter une demande d’aide financière couvrant la période 2014-2015 du ministère.

{{Positionnement de la Fondation}}

La Fondation est inquiète des répercussions qu’auront ces coupures en région notamment une potentielle perte d’expertise en développement culturel dans les petits milieux, l’effritement des structures locales de développement culturel mises en place et une diminution du dynamisme culturel. Ce sont les porteurs de projets, sur le terrain, qui seront touchés. Il est indéniable que les changements opérés engendreront des besoins encore plus grands en soutien et en réseautage.

Pour assurer la qualité de vie et l’accessibilité à la culture d’une ville ou d’une région, son développement doit se faire dans une perspective globale du développement du territoire et avec les meilleures connaissances possibles de ses spécificités. « Les ressources étaient déjà limitées dans plusieurs milieux et malheureusement, le rôle de ceux qui avaient l’expertise et l’expérience de rendre le tout cohérent et profitable à leur communauté pourrait être remis en question », soulève Nicole Davidson, mairesse de Val-David et présidente de la Fondation.

Cependant, la Fondation entend bien faire ses devoirs et orienter ses actions de façon à répondre à cette nouvelle réalité. Nous nous donnons le temps de bien cerner les enjeux et les impacts dans leur globalité. Nous restons disponibles et à l’écoute des membres et des réseaux culturels au sens élargi afin de bien se positionner et aider à ce que les efforts et les sommes investis au cours des années ne sombrent pas dans l’oubli.

Pour en savoir plus, consultez le site de la Fondation Villes et villages d’art et de patrimoine au [www.artetpatrimoine.org->http://www.artetpatrimoine.org/] et suivez-nous sur [Facebook->https://www.facebook.com/FVVAP] et [Twitter->https://twitter.com/FondationVVAP].