« Et si la beauté rendait heureux? »

Cette question ouvrait la conférence Rêver la culture, de l’architecte, Pierre Thibault, lors du dernier Colloque Les Arts et la Ville, tenu à Montmagny, du 31 mai au 2 juin dernier. Cette conférence traitait de l’impact de l’aménagement du territoire sur la qualité de vie des citoyens.

Pour M. Thibault, le bonheur citoyen passe, entre autres, par des occasions de rencontres. Ces réunions peuvent survenir lors d’événements, comme des spectacles, mais aussi dans des espaces publics aménagés, qui permettent aux citoyens une appropriation des lieux, favorisant le partage, la discussion et une invitation à créer ensemble la communauté.

Impact économique du beau

Les beaux lieux ont un pouvoir attractif. Les aménagements bien pensés, bien conçus et de qualité favorisent leur fréquentation. Leur rayonnement attire les touristes et engendre des retombées économiques importantes.

Baie-Saint-Paul est un exemple où l’art, fédérateur d’identité, a permis à la ville de se bâtir une réputation plus qu’enviable comme destination touristique de choix. Le paysage, on l’oublie souvent, est aussi une composante de la culture. Baie-Saint-Paul l’a compris et valorise la richesse distinctive de son patrimoine, autant par son environnement naturel que par son architecture. L’art y est fondamentalement lié et agit comme pierre angulaire sur laquelle la municipalité a élevé sa notoriété.

L’artiste au cœur de la cité

M. Thibault donnait aussi l’exemple de l’apport inestimable qu’un artiste comme Fred Pellerin a eu sur sa communauté. Saint-Élie-de-Caxton est maintenant reconnue comme un village fantastique. Depuis l’apparition des lutins et de l’arbre à « paparmanes », Saint-Élie accueille de plus en plus de touristes en visite, et de familles qui ont choisi de s’y établir. Le nombre d’artistes augmente également, et dynamise d’autant plus la vitalité culturelle et artistique du lieu. Les habitants sont fiers et participent à la magie de leur milieu de vie.

Des propos de M. Thibault, je retiens que nos villes, au-delà du béton, de l’acier et du bois, se construisent avec une véritable participation des arts, des affaires et de la communauté. 

Pour découvrir le travail impressionnant de l’architecte Pierre Thibault, je vous invite à regarder les magnifiques capsules vidéos sur le site Web de La Fabrique culturelle, fabriqueculturelle.tv.


Dans le cadre d’une entente avec le Courrier du Sud, Sabrina Brochu, agente de développement et de services aux membres à Culture Montérégie, et responsable du projet Arts Affaires Montérégie, publie chaque mois une chronique arts affaires. Avec la permission de l’hebdomadaire, nous les regroupons ici pour consultation. Bonne lecture!