Bienvenue à l’ère du « socio »

Vous avez probablement déjà entendu parler de sociofinancement? Par l’entremise d’une plateforme Web, la collectivité est invitée à contribuer à une campagne de financement et, en contrepartie de son engagement monétaire, elle reçoit une récompense. Dernièrement, mes recherches virtuelles m’ont conduite de l’autre côté du globe où j’ai découvert Creative Partnerships Australia qui offre une option intéressante de « sociodon » pour les artistes et les organismes culturels.

La base du concept est la même que pour le sociofinancement : la collectivité est invitée à découvrir les créateurs et leurs projets en visitant le site Web. En fonction de ses goûts et intérêts, le public sélectionne un artiste ou organisme qui recevra l’argent du don. Contrairement aux campagnes de sociofinancement promues par haricot.ca, kisskissbankbank.com, et les autres, le sociodon n’offre pas de contrepartie autre que le reçu de charité. Le geste de donner retrouve sa plus simple expression. Creative Partnerships Australia agit comme organisme de bienfaisance et prend en charge la gestion du don en percevant l’argent et en remettant les reçus de charité. Il redistribue ensuite les fonds amassés.

Les deux concepts, le sociofinancement et le sociodon, ont leur raison d’être. Le sociofinancement valorise davantage une approche entrepreneuriale et permet au porteur de projet d’offrir des contreparties originales qui favorisent le partage, les échanges et le développement d’une relation privilégiée avec ses alliés. Le sociodon, quant à lui, a l’avantage de ne pas monopoliser des ressources en temps, en argent ou en forces de travail pour réaliser les contreparties « achetées » par les alliés. L’artiste ou l’organisme peut donc mettre toute son énergie dans la création. Toutefois, il risque d’être moins proactif dans le développement de son réseau de clients potentiels n’étant pas directement en contact avec les donateurs.

L’avantage d’un organisme chapeau comme Creative Partnership Australia, pour une région, est la création d’un réseau et la mobilisation d’une communauté autour d’un objectif commun, soit un meilleur soutien au secteur culturel. Qui lancera le « Partenariat créatif Montérégie »?

Dans le cadre d’une entente avec le Courrier du Sud, Sabrina Brochu, agente de développement et de services aux membres à Culture Montérégie, et responsable du projet Arts Affaires Montérégie, publie chaque mois une chronique arts affaires. Avec la permission de l’hebdomadaire, nous les regroupons ici pour consultation. Bonne lecture!