Culture de proximité

Au début du mois, j’ai assisté à la première cérémonie de remise des Prix Ardi de l’innovation en philanthropie culturelle. Cette initiative conjointe de la Brigade Arts Affaires de Montréal (BAAM) et de la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC-Montréal vise, entre autres, à reconnaître la créativité dans les relations arts-affaires. Lors de cet événement, j’ai eu le plaisir de voir et d’entendre mon idole : Sébastien Barangé!

Sébastien Barangé porte de nombreux chapeaux, mais pour l’occasion, il arborait celui de membre du comité de pilotage de Montréal Métropole culturelle. Je vous résume son discours, qui faisait état d’une réflexion approfondie menée à Montréal, en trois mots : culture, citoyen et commerce. Les « 3C », comme il les présente lui-même, sont nés du constat que la démarche arts-affaires s’incarnait surtout dans le centre de Montréal, là où se trouvent toutes les grandes entreprises. Pourtant, si l’on veut que la culture soit vécue par l’ensemble des citoyens et qu’elle inclut toutes les communautés, elle doit s’enraciner dans les milieux de vie. Le nouvel objectif de Montréal métropole culturelle consiste donc à faire émerger des projets dans les quartiers. L’équation arts-affaires sera alors assumée par les artistes et les commerçants au profit des habitants de leur quartier.

Force est de constater que notre réalité régionale a favorisé la mise en place d’initiatives arts-affaires localisées. Certains de nos organismes et de nos PME appliquent déjà la règle des 3C, mais très peu d’outils existent pour faire rayonner leurs actions. Par exemple, l’événement Art sur Goudron, véritable fête urbaine des arts de la rue, est l’initiative d’une entreprise privée, Tsunami Création, diffusée en partenariat avec la Ville de Beloeil. Une collaboration qui démontre bien que la responsabilité d’un développement culturel régional dynamique, distinctif et diversifié revient à plusieurs acteurs, en plus des entreprises privées et des créateurs, il faut aussi compter sur l’appui des municipalités, des médias ainsi que sur la participation accrue du public. Une équation quasi parfaite qui contribuerait, j’en rêve, au déploiement de la Montérégie en tant que région modèle des communautés créatives de proximité!

Dans le cadre d’une entente avec le Courrier du Sud, Sabrina Brochu, agente de développement et de services aux membres au CMCC et responsable du projet Arts Affaires Montérégie, publie chaque mois une chronique arts affaires. Avec la permission de l’hebdomadaire, nous les regroupons ici pour consultation. Bonne lecture!