Guillaume Boudrias-Plouffe reçoit le prix relève du CMCC

Le 30 mars 2015, le Conseil montérégien de la culture et des communications (CMCC) a remis son Prix relève à l’artiste contemporain ({ravaudeux d’histoires}), Guillaume Boudrias-Plouffe, lors d’un événement qui se tenait au Centre socioculturel de Brossard. Pour cette dixième édition du Prix relève du CMCC, le jury a d’abord tenu à souligner la très grande qualité des dossiers évalués. « Les candidatures reçues témoignent avec éloquence de la présence d’artistes professionnels de la jeune relève de grand talent en Montérégie », mentionnait Karine Landerman, artiste et représentante Relève au conseil d’administration du CMCC, au moment de remettre le prix.

« Guillaume Boudrias-Plouffe a particulièrement séduit le jury par sa démarche artistique claire, nourrie par une formation professionnelle solide et des expériences de travail nombreuses et remarquables, a précisé Mme Landerman. Guillaume est très impliqué dans la région et sa pratique y rayonne de façon notable. Au-delà du coup de cœur que l’artiste a été pour les trois membres du jury, sa candidature s’est démarquée par rapport à tous les critères analysés, soit la contribution artistique, la contribution à la Montérégie et la qualité du dossier. »

{{{Un début de carrière professionnel remarqué}}}

Depuis la fin de sa maîtrise en arts visuels en 2012, Guillaume Boudrias-Plouffe a présenté sept expositions ou projets, dont {Rallumer la fibre : la flamme, la flèche et l’éclair} (duo avec Stéphanie Chalut) à la Maison de la culture de Longueuil, de janvier à mars 2015. Sa participation aux Ateliers TD à L’Arsenal, en partenariat avec le Musée d’art contemporain (MAC) de Montréal, a été remarquée grâce à la série documentaire {Les Contemporains} diffusée sur ARTV à l’automne 2014, et grâce à l’exposition de groupe au MAC en septembre. {Pas Capabe yé mort, son frère s’appelle Essaye!} est le titre du projet et de la résidence de coproduction en art infiltrant qu’il a faits avec le 3e impérial, centre d’essai en art actuel à Granby, dans le cadre du cycle de programmation La constellation des métiers bizarres, en 2013-2014.

{{{Remerciements de l’artiste}}}

L’artiste tient à remercier sa petite famille, Émilie, Emeline et Léo. Il remercie le CMCC et les membres du jury pour ce prix. Deux projets ont particulièrement été mis de l’avant par l’artiste dans son dossier de candidature au Prix relève du CMCC; pour son projet de résidence et de diffusion avec le 3e impérial, centre d’essai en art actuel, il remercie donc le Conseil des arts et des lettres du Québec, l’équipe du 3e impérial, Lise Gladu Rivard et Jeannine Fournier Couture (Reines du Travail, 1952 et 1953), le service des parcs de la Ville de Granby, la Société d’histoire de la Haute-Yamaska, le Laboratoire nouveaux médias d’Oboro, le Club Optimiste de Granby, Louise Gauthier ainsi que Marcel et Françoise Gendreau. Pour son exposition en duo avec Stéphanie Chalut à la Maison de la culture de Longueuil, il remercie le Conseil des arts de Longueuil, l’équipe du bureau de la culture, la Société historique et culturelle du Marigot, Miguel Callaci (gérant de la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue), les pompiers de la caserne St-Jean, M. Martin, Virginie Laliberté (ébéniste), Gabrielle Tessier (organiste) et Mme Ozorak (organiste).

{{{Prix relève du CMCC – 10e édition}}}

Le CMCC a mis en place son Prix relève à la suite de la réalisation du Portrait de la relève artistique montérégienne. « Ce portrait avait permis de dégager différents besoins, notamment celui de la reconnaissance de la présence active de jeunes artistes professionnels de la relève sur le territoire, expliquait M. Sylvain Massé, président du CMCC, lors de l’événement de remise. C’est dans cette optique que le CMCC a remis le premier Prix relève en mars 2006, et que nous le remettrons ce soir pour une 10e fois! »

Pour souligner ce dixième anniversaire, le CMCC avait convié trois anciens lauréats qui sont venus témoigner de ce qu’a signifié pour eux le Prix relève du CMCC. Il s’agit de Marie-Claude De Souza, poète, lauréate en 2011, Roxane Chamberland, artiste multidisciplinaire, lauréate en 2013 et Thomas Hodgson, lauréat en 2014.

{{{Des partenaires dignes de mention}}}

Cette année, le CMCC remettait son Prix relève dans le cadre d’une soirée organisée en collaboration avec l’Association des auteurs de la Montérégie, qui y dévoilait les lauréats de ses [Grands Prix du livre de la Montérégie->art3710]. Le [Prix du CALQ – Créatrice de l’année en Montérégie->art3706] a également été remis lors de cette soirée.

Le CMCC remercie les partenaires de la soirée de remise : la Ville de [Brossard->http://brossard.ca/], les [Fromages Chaput->https://fr-ca.facebook.com/fromageschaput], [Cygne de fantaisie->http://cygnedefantaisie.com/] et [Créations FunCake->https://fr-fr.facebook.com/pages/Cr%C3%A9ations-Funcake/310957162311111].

{{{En savoir plus sur [Guillaume Boudrias-Plouffe->http://astroclown.net/home.html]}}}

Depuis la fin de sa maîtrise en arts visuels en 2012, Guillaume Boudrias-Plouffe a présenté sept expositions ou projets, individuels ou en duo, dont {Rallumer la fibre : la flamme, la flèche et l’éclair} (duo avec Stéphanie Chalut) à la Maison de la culture de Longueuil, de janvier à mars 2015. Sa participation aux Ateliers TD à L’Arsenal en partenariat avec le Musée d’art contemporain de Montréal a été remarquée grâce à la série documentaire [Les Contemporains->http://ici.artv.ca/emissions/les-contemporains] diffusée sur ARTV à l’automne 2014, et grâce à l’exposition de groupe au MAC en septembre. {Pas Capabe yé mort, son frère s’appelle Essaye!} est le titre du projet et de la résidence de coproduction en art infiltrant qu’il a fait avec le 3e impérial, centre d’essai en art actuel à Granby, dans le cadre du cycle de programmation {La constellation des métiers bizarres}, en 2013-2014.

Toutes les facettes de ses travaux sont reliées de près ou de loin à des éléments d’une culture principalement langagière (contes, expressions familières, gestes et objets journaliers). Ainsi, il actualise et met en valeur, à sa façon, la transmission d’un patrimoine culturel immatériel qui n’en est pas encore considéré un. Ce qui l’enchante le plus dans ce processus de transmission, c’est la richesse des rencontres, des partages et la transformation des sujets engagés.

Sa pratique s’articule avant tout comme un assemblage de moyens d’expression, où l’installation, la performance et la vidéo sont engagées dans des échanges dynamiques autour d’un même motif.

Guillaume est boursier du Conseil des arts de Longueuil, du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada.

Il a reçu le Prix Joseph-S.-Stauffer en art visuel du Conseil des arts du Canada (ces prix honorent la mémoire de Joseph S. Stauffer, de qui le Conseil a reçu un legs afin d’encourager les jeunes Canadiens de talent exceptionnellement prometteur).

FORMATION
-* 2015 – Attestation au Programme court de pédagogie de l’enseignement supérieur – UQAM, Montréal
-* 2012 – Maîtrise en arts visuels – Université d’Ottawa, Ottawa
-* 2009 – Baccalauréat en beaux-arts, Majeur en Studio Arts – Université Concordia, Montréal
-* Programme d’échange international (2008-2009) – École des beaux-arts de Bordeaux

EXPOSITIONS/PERFORMANCES SOLOS OU EN DUO
-* 2015 – {Rallumer la fibre : la flamme, la flèche et l’éclair} – Maison de la culture de Longueuil (duo – Stéphanie Chalut)
-* 2014 – {Le lutteur à l’eau de rose} – DARE-DARE, Montréal
-* {Pas capabe yé mort, son frère s’appelle Essaye!} – 3e impérial, centre d’essai en art actuel, Granby
-* {Bûcheux seconde main…} – Centre culturel Franco-Manitobain, Winnipeg (duo – Sasha Phipps)
-* 2013 – {Pas d’chicane dans ma cabane!} – Galerie B-312, Montréal (performance avec Véronique Guitard)
-* {C’pas du sirop d’poteau!} – Muséoparc Vanier, Ottawa (duo – Sasha Phipps)
-* {Toute faite à mitaine de laine d’acier} – Centre d’exposition L’Imagier, Aylmer
-* {Coudon! Yé pas sorti du bois!} – Caravansérail, Rimouski
-* 2012 – {Tire-toi une bûche!} – AXENÉO7, Hull