Hommage à la mémoire de l’artiste céramiste Maurice Savoie

Communiqué publié par le Conseil des arts de Longueuil

La communauté artistique et culturelle de Longueuil et du Québec est en deuil, le maître céramiste {{Maurice Savoie}} est décédé le 20 février à l’âge de 82 ans. Le Conseil des arts souhaite rendre hommage à ce pionnier de la céramique qui a donné toutes ses lettres de noblesse à ce médium artistique du domaine des métiers d’art.

Maurice Savoie se classe parmi les céramistes prééminents du Canada. Détenteur de nombreux prix et honneurs, dont le prix Paul-Émile-Borduas, remis pour la première fois à un créateur des métiers d’art, et le prix Saidye-Bronfman, il est reconnu sur la scène nationale et internationale où il a fait carrière pendant plus de 50 ans. Ses œuvres ont été présentées dans plus d’une centaine d’expositions ici et à l’étranger, et elles font parties de plusieurs collections privées, publiques et muséales importantes.

Né à Sherbrooke en 1930, Maurice Savoie débute sa formation en 1948 à l’École du meuble de Montréal, puis il étudie la céramique à l’École des beaux-arts de Montréal et dans diverses écoles prestigieuses, dont L’École nationale d’art décoratif de Limoges en France et le Centro Internationale della Ceramica en Italie. Une formation où l’apprentissage technique, l’approche sculpturale et l’histoire de l’art l’ont nourri.

L’apport important de Maurice Savoie réside certainement dans sa volonté d’aborder la céramique avec recherche et expérimentation. Sa production artistique est des plus variée, comprenant à ses débuts des œuvres d’intégration à l’architecture, notamment celle pour le Pavillon du Québec à l’Exposition universelle de Montréal de 1967, puis dans les années 1970, la céramique utilitaire produite en petite quantité. Néanmoins, ce qu’il favorise avant tout c’est la création d’œuvres originales et uniques. Il exploite les possibilités formelles de la céramique tout en puisant dans un univers proche de la mythologie. Sous ses mains, l’objet devient porteur d’une histoire, d’un récit issu du temps. Au sein de sa production sculpturale on retrouve des loups-garous, bêtes étranges et objets organiques, auxquels ont succédé des bateaux et véhicules divers. L’objet devient une démonstration du foisonnement de l’imaginaire. On sent le plaisir évident du faire, où le processus est d’une grande importance.

À cet égard, il est un maitre et un modèle pour plusieurs générations de créateurs. Non seulement il a enseigné pendant plusieurs années, mais il demeure encore aujourd’hui une source d’inspiration. C’est donc tout autant à l’apport technique qu’à l’ouverture de multiples avenues de sens que l’on doit la richesse de sa contribution.
C’est avec regret que nous voyons disparaitre ce grand homme, mais son œuvre, issue de la terre, entretiendra sa mémoire pour de nombreuses générations.

Une cérémonie aura lieu à la mémoire de Maurice Savoie le 16 mars, de 13h à 17h, au salon funéraire Urgel Bourgie, 1025 Saint-Laurent ouest, Longueuil, J4K 1E1.