La culture au cœur de la ville

Au cours des 20 dernières années, la majorité des municipalités du Québec a fait des efforts considérables pour reconnaître le rôle de la culture, entre autres, à travers la mise en place de politiques culturelles municipales. Même si l’intérêt des municipalités pour la culture est souvent présenté en termes de retombées économiques, il a été clairement démontré, à maintes reprises, que l’engagement d’une municipalité envers la reconnaissance, la valorisation et le soutien de la culture entraine des bénéfices sociaux essentiels pour son développement et le mieux-être de ses citoyens.

Dans un texte publié dans la revue VertigO, Virginie Proulx Ph.D. met d’ailleurs en lumière le fait qu’il est préférable de privilégier ses effets sur la société et sa relation au territoire, plutôt que de mettre l’accent sur les impacts économiques de la culture, même s’ils sont réels et notables. Cela évite de tomber dans le piège du développement culturel selon une logique marchande et de délaisser l’engagement citoyen.

Culture futur urbain, un rapport de l’UNESCO

En octobre dernier, l’UNESCO publiait une vaste étude mondiale intitulée, Culture futur urbain, rapport sur la culture pour le développement urbain durable. Selon cette étude très convaincante, la culture serait la pierre angulaire du développement durable de la ville, rien de moins. Le texte d’introduction résume parfaitement cette thèse :

« La culture est indissociable de l’attractivité, de la créativité et de la durabilité des villes et s’inscrit au cœur du développement urbain, comme en témoignent, au fil de l’histoire, les édifices d’intérêt culturel, le patrimoine et les traditions. Sans culture, les villes ne sauraient être des espaces dynamiques de vie et se réduiraient à de simples constructions de béton et d’acier, dans un environnement social en voie de dégradation. C’est bien la culture qui fait la différence. »

C’est clair et sans équivoque.

Faisant suite à des analyses et à des consultations effectuées sur les cinq continents, l’étude propose une série de recommandations réparties selon trois grands axes : les villes centrées sur l’humain sont des espaces centrés sur la culture; la culture est indispensable à un environnement urbain de qualité et les villes durables nécessitent des politiques intégrées qui tirent pleinement partie de la culture. Parmi les recommandations, dont vous pouvez prendre connaissance sur le site de l’UNESCO, nous retenons celles-ci qui s’adressent plus particulièrement aux politiques municipales :

  • Régénérer les villes et renforcer les liens villes-campagnes en intégrant la culture au cœur de l’aménagement urbain
  • S’appuyer sur la culture en tant que ressource durable pour un développement économique et social inclusif des villes
  • Promouvoir, à travers la culture, les processus participatifs et renforcer le rôle des communautés dans la gouvernance locale
  • Créer des modèles de financement innovants et durables pour soutenir les initiatives culturelles.

La culture, un levier essentiel pour les municipalités

À l’heure où plusieurs Villes et MRC s’apprêtent à renouveler leurs politiques culturelles, à l’heure aussi où le CALQ cherche auprès des municipalités des partenaires de développement, il est primordial que nos élus saisissent l’importance du rôle de la culture et de la créativité comme levier essentiel pour favoriser le vivre ensemble et le développement durable de la cité. Certaines villes et régions l’ont déjà bien compris, bien que ces acquis soient toujours fragiles. Par contre, d’autres restent à conscientiser et à convaincre. L’organisme Les Arts et la Ville joue en ce sens un rôle admirable, de même que le CMCC à l’échelle de la région. Cependant, au quotidien et sur le terrain, vous, artistes et travailleurs culturels, êtes les meilleurs ambassadeurs. N’hésitez pas à porter le flambeau!

Je termine avec cette citation de Webber Ndoro, directeur du Fonds pour le patrimoine mondial africain cité dans l’étude de l’UNESCO :

« Les ressources culturelles des villes créent un sentiment d’appartenance et d’identité au sein de la population locale et favorisent la cohésion sociale, l’inclusion et l’équité. La promotion, le maintien et la célébration d’activités culturelles sont des éléments clés pour une ville inclusive, ainsi que pour améliorer la qualité de vie et la durabilité des espaces urbains. Les biens culturels ne devraient pas être considérés comme des pièces de musée ou des reliques du passé, mais comme des témoignages de notre capacité à nous adapter à un environnement urbain en perpétuelle évolution. »

J’espère vous rencontrer le 8 décembre au Cocktail des Fêtes du CMCC pour finir cette année tumultueuse du bon pied! Pour celles et ceux qui ne pourront y être, je vous souhaite un joyeux temps des fêtes, créatif et ressourçant!

Nous nous retrouverons en 2017, à l’aube d’une nouvelle politique culturelle pour le Québec.

Franck Michel

Un commentaire

  • C’est un bonheur pour moi de lire de tels propos. Mon domaine est la littérature, mon conjoint et deux de mes enfants sont peintres. Une famille centrée sur la culture ! Nous résidons dans le Vieux-Longueuil, un secteur où plusieurs bâtiments se prêteraient merveilleusement au développement d’activités culturelles. L’un d’eux (une ancienne église) est en pleine transformation en condos. Un autre, situé à deux pas de la Place Longueuil, est en train de tomber en ruines. Il s’agit des locaux d’un ancien concessionnaire automobile. C’est très grand, avec beaucoup de places de stationnement. Un lieu idéal pour un musée d’art contemporain. J’en ai parlé à plusieurs reprises à notre conseillère municipale, qui ne semble pas consciente du potentiel de ces espaces pour la communauté, au moment où la municipalité s’apprête à investir dans la revitalisation de la rue Saint-Charles. J’apporte cet exemple pour suggérer que le CMCC ait officiellement un rôle consultatif à jouer dans les décisions des municipalités de notre région en matière culturelle. La mobilisation citoyenne ne semble pas suffire partout (j’ai fait du porte à porte, rencontré des sympathies, mais rien de concret n’en est résulté !).

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *