Le CMCC souhaite un financement plus équitable

Depuis quelques mois déjà, le Conseil montérégien de la culture et des communications (CMCC) a fait son cheval de bataille de la question du sous-financement de la culture en Montérégie. L’un des principaux arguments de l’organisme consiste à signaler l’iniquité du financement, si l’on compare les sommes reçues par habitant en Montérégie par rapport à celles qui sont allées aux autres régions du Québec.

Rappelons que selon les derniers chiffres révisés pour l’année 2010-2011, la Montérégie (deuxième région en importance au Québec en matière de population) se retrouve au 16e et avant-dernier rang des dépenses culturelles de l’administration publique québécoise en dollars par habitant, avec 18,39 $/habitant, bien en deçà de la moyenne provinciale de 35,02 $/habitant (moyenne obtenue en retirant les sommes versées en dehors de la province de même que celles versées aux régions de Montréal et de la Capitale-Nationale). Or, depuis le 14 avril dernier, le CMCC remarque que le gouvernement québécois commence à prendre des décisions qui pourraient renverser la vapeur.

En effet, le 14 avril, le ministre de la Santé et des Services sociaux annonçait des budgets supplémentaires pour la Montérégie, afin de s’attaquer au problème d’iniquité du financement de la santé entre les régions. Le CMCC se réjouit de cette nouvelle et considère que ce geste vient officialiser ce que plusieurs savent depuis longtemps. « Jusqu’à maintenant, personne n’avait voulu agir là-dessus. La Montérégie a du rattrapage à faire pour être en mesure d’offrir à sa population des services de proximité qui répondent adéquatement à ses besoins », explique Dominic Trudel, directeur général du CMCC. « Les crédits supplémentaires accordés à la région en santé de plus de 23 millions, et l’ajout de près de 11 millions en services, permettent de réduire l’écart de 27,4 % entre la Montérégie et les autres régions mieux financées, ce n’est pas rien! », ajoute-t-il, en précisant qu’il espère que le gouvernement poursuivra sur sa lancée pour corriger l’iniquité dans les autres secteurs d’activités.

Celui de la culture est loin de faire exception. « Juste pour s’inscrire dans la moyenne du montant des dépenses de l’administration publique québécoise par habitant, il faudrait injecter presque le double de ce que la région reçoit à l’heure actuelle », précise M. Trudel. Le communiqué publié par le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que l’injection de ces sommes a été rendue possible par une meilleure allocation budgétaire par programmes, méthode appliquée dans l’objectif de répartir les enveloppes en tenant mieux compte des caractéristiques régionales. « J’ai bien hâte que l’on s’attaque au dossier de la culture, s’exclame le directeur du CMCC. En prenant le même objectif qu’en santé, 6,6 millions suffiraient pour réduire l’écart de 27,4 % en culture. Croyez-moi, ce serait déjà un bon début. Bien que les sommes supplémentaires que nous souhaiterions pour la Montérégie, afin qu’elle rejoigne la moyenne québécoise de 35,02 $/habitant, seraient de près de 24 millions… » M. Trudel promet de poursuivre le travail de représentation auprès des instances et des élus, pour faire en sorte que ce souhait devienne réalité.