Le cœur est un muscle conditionné par l‘effort

{{{Quelques mots d’abord…}}}

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai remis ma démission à titre de directeur général du CMCC. Je quitte un travail, un environnement et des gens que j’aime énormément et qui m’ont forgé et fait grandir. Sachez que je vous suis reconnaissant pour la confiance que vous m’avez accordée tout au long de mon parcours. Ce fut un réel plaisir de vous côtoyer et de travailler pour vous tous. Après 13 ans au CMCC, le temps est venu pour moi d’accueillir le changement afin de poursuivre mon cheminement professionnel et personnel. Un autre milieu me tend la main. Je serai [directeur général du Conseil québécois de la musique->art3824] à compter du 5 octobre prochain.

{{{D’ici là…}}}

Ce début d’été qui s’annonçait calme ne le sera pas!

Lors du dévoilement du budget provincial de mars dernier, on s’était réjoui de la légère augmentation accordée au ministère de la Culture et des Communications (MCC) alors que d’autres ministères faisaient face à des baisses importantes. Toutefois, il faut bien comprendre qu’outre les crédits alloués à la stratégie culturelle numérique (qui du reste avait déjà été annoncée), cette augmentation ne relève pas d’une volonté d’accroître les budgets de la culture, ni même de permettre au ministère de remplir ses obligations administratives (service de dette, hypothèque, etc.). L’augmentation s’explique en grande partie par le transfert de 8,5 M$ de Loto-Québec vers le CALQ afin de poursuivre le soutien accordé à l’Orchestre symphonique de Montréal. Sous des apparences de stabilité, le MCC ne fait pas exception quant aux mesures de « rigueur » imposées aux ministères.

En mai, à l’annonce d’une coupe de 15 % des budgets des conseils régionaux de la culture (CRC), on nous a dit qu’on préférait appliquer des restrictions budgétaires à l’administration des services et des structures plutôt que d’amputer le soutien offert aux artistes et aux organismes culturels. Considérant que les organismes de regroupement travaillant d’abord et avant tout dans l’intérêt de leurs membres et du milieu culturel, si un choix devait être fait, celui-là était le « moins pire » des deux. Naturellement, cette décision a d’énormes répercussions sur la capacité d’action des CRC et par conséquent, sur les services et initiatives qu’ils assument et qui profitent aux artistes et aux organismes en région.

Le 23 juin dernier, le MCC a demandé un « effort budgétaire » de 2,5 M$ au CALQ. Les organismes nationaux écopent d’une coupe de 12,5 % de leur budget de fonctionnement, ce qui totalise environ 500 000 $. Le 2 M$ restant aura, inévitablement, un impact direct sur les programmes offerts aux artistes et aux organismes de création, dont le programme Aide à la coproduction, qui vient apparier les montants obtenus à l’étranger par les artistes et organismes québécois pour la réalisation de projets à l’international. Ainsi, les artistes et les organismes de création n’auront pas été épargnés, contrairement à ce que la ministre de la Culture et des Communications a répété à maintes reprises.

Au moment d’écrire ces lignes, des coupes et des remaniements sont également attendus à la SODEC. C’est donc dire que tout le milieu culturel est touché sans exception : organismes de regroupement, organismes de services, entreprises et organismes culturels, compagnies artistiques et créateurs.

Si depuis quelques mois déjà, [nous nous inquiétions des effets collatéraux->art3810] de la réorganisation des instances régionales et autres répercussions directes des contraintes subies par nos alliés sur le secteur culturel, voilà maintenant que le cœur créatif est touché directement. Le milieu culturel le sait bien, le cœur est un muscle conditionné par l’effort. Toutefois, quand l’effort est trop grand, les dommages à long terme sont irréversibles. L’effort collectif demandé a-t-il déjà dépassé les capacités du cœur créatif du Québec?

<quote>Dominic Trudel
Directeur général</quote>

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *