Le comédien Denis Trudel nommé Patriote de l’année

C’est avec un immense honneur que le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu, décerne le prix du Patriote de l’année au comédien Denis Trudel, un artiste résolument engagé tout autant pour les arts de la scène que pour sa patrie.

Le militantisme de Denis Trudel s’est traduit très tôt par le lien qu’il a tissé entre sa pratique professionnelle au théâtre et son engagement politiques. Son patriotisme se traduisait il y a 10 ans, par l’organisation d’un tourbillon d’activités politico-artistiques au café L’Aparté de la rue Saint-Denis à Montréal qu’il dirigeait. C’est dans ce café qu’il fondait Les Zapartistes, une troupe d’humour politique ouvertement indépendantiste, écologiste et progressiste qui s’est donnée pour mission d’utiliser le pouvoir de l’humour pour changer le monde. Il avoue aujourd’hui sourire en coin que l’œuvre reste inachevée…

Denis Trudel a joué dans de nombreux films notamment dans {Octobre} et {15 février 1839} (de Pierre Falardeau), {La vérité} et {La lâcheté} (de Marc Bisaillon), {L’audition} (de Luc Picard), {C.R.A.Z.Y.} et {Camping sauvage}. Il joue actuellement le rôle principal du malade imaginaire au théâtre Le Gesù. Et il sera de la distribution du prochain film de Luc Picard tiré d’un scénario de Fred Pellerin, {Ésimésac}.

L’an dernier, il a été l’un des principaux organisateurs et le metteur en scène de nombreux rassemblements politiques dont le spectacle pour dénoncer la Loi 103 (les écoles passerelles) au Centre Pierre-Charbonneau qui a réuni plus de 3 000 personnes. De nouveau, lors de la Journée nationale des Patriotes, le 22 mai dernier, il a mis en scène le spectacle de fondation de l’organisme Cap sur l’indépendance qui regroupe 22 organisations vouées à la promotion de l’indépendance du Québec. À titre de porte-parole du Mouvement Montréal français, il a porté le flambeau à chacune des manifestations pour dénoncer le recul du français à la radio, dans l’affichage commercial ou comme langue de travail. Encore une fois le 1er décembre prochain, il sera d’une manifestation pour exiger du gouvernement du Québec qu’il cesse d’angliciser la fonction publique.

Ce prix lui a été remis à l’occasion d’une cérémonie tenue au pied du monument aux Patriotes au Parc des patriotes à Saint-Denis-sur-Richelieu.

Le titre du Patriote de l’année de la SSJB de Montréal est décerné chaque année, en mémoire du mouvement patriote des années 1830, à une personne qui s’est distinguée dans la défense des intérêts du Québec et des luttes démocratiques des peuples.

Parmi les titulaires du titre du Patriote de l’année de la SSJB de Montréal, on compte notamment Bernard Landry, Loco Locass, Gilles Laporte, Andrée Ferretti, Raymond Lévesque, Jacques Parizeau, Jacques Proulx, Carmen Sabag-Olmedo, Jean-Claude Germain, Paul Piché, Monique Vézina, Gérald Larose, Yves Michaud, Fernand Daoust, Jean-Marc Léger, Marcel Tessier, Renée Blanchet et Georges Aubin, Luck Mervil, Louise Laurin et Robert Laplante.