Le Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent prend position sur la loi 78 et sur le projet de loi C-38

À la suite des voeux exprimés par les 85 membres présents lors de
sa 37e assemblée générale tenue à Saint-Alexandre-de-Kamouraska le 6 juin 2012, et en conformité avec une résolution dument votée par son conseil d’administration le même jour, le Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent tient à exprimer sa très vive inquiétude au regard de la loi spéciale 78 votée par l’Assemblée nationale du Québec le 18 mai dernier, et au regard du projet de loi C-38 que le gouvernement canadien s’apprête à voter.

Le Conseil de la culture estime que la loi 78 brime les droits démocratiques fondamentaux des citoyens et des citoyennes du Québec en limitant les droits de manifestation et d’association de même que la liberté d’expression. Ses membres sont d’avis que cette loi porte sérieusement atteinte à la démocratie et confère à l’État et aux forces policières des pouvoirs qui sont en contradiction même avec la Charte des droits et libertés du Canada et avec la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.

De plus, le Conseil de la culture s’inquiète grandement du projet de loi C-38 qui est déjà à l’étude au Sénat et que s’apprêtent à voter les parlementaires à la Chambre des communes. En effet, ce projet de loi prévoit des modifications législatives à 69 lois distinctes dont certaines touchent des zones sensibles telles l’environnement, le patrimoine ou l’assurance-emploi, pour ne nommer que ces trois-là. Leur situation s’avérant déjà précaire, les artistes de même que les travailleurs et les travailleuses de la culture du Bas-Saint-Laurent craignent que ces changements ne les affectent directement et fragilisent plusieurs secteurs de l’activité sociale, économique, culturelle et environnementale de communautés déjà vulnérables.

Le Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent considère que les voies actuellement empruntées par les deux paliers de gouvernement portent grandement atteinte à des valeurs fondamentales que sont la démocratie, la liberté d’expression et la recherche du mieux-être de nos collectivités.