Le RAAV interpelle la Ministre St-Pierre

Dans un mémoire envoyé le 18 décembre dernier à la Ministre Christine St-Pierre, le RAAV tente à nouveau d’attirer l’attention du gouvernement sur les problèmes du domaine des arts visuels, particulièrement ceux que vivent ses créateurs et créatrices. Le document d’une vingtaine de pages comporte plusieurs recommandations dont l’objet est d’apporter des correctifs à la stagnation économique qui prévaut depuis trop longtemps dans ce domaine.

Le domaine des arts visuels est malheureusement le grand oublié dans les préoccupations culturelles du gouvernement. Les tensions qui y prévalent semblent servir de prétexte à l’inaction, alors qu’elles devraient au contraire alerter les décideurs pour qu’ils trouvent des façons de résorber les problèmes de ce secteur, et ceux-ci ne sont pas que financiers. À cet égard, l’absence d’une Politique sur les arts visuels fait cruellement défaut. Le flou qui règne dans la vision gouvernementale du développement de ce domaine, si tant est qu’il en existe une, entraîne la perpétuation du marasme et la dispersion des fonds publics.

Le déséquilibre important entre le soutien du marché de l’art et celui de la « vitrine » des arts visuels est un facteur important dans l’entretien et le maintien du marasme actuel. L’autre facteur de stagnation est le refus obstiné des associations de diffuseurs subventionnés (RCAAQ et SMQ) de se conformer à l’esprit de la Loi S-32.01 et d’entamer des négociations pour établir des conditions minimales de diffusion.

Le document du RAAV fait un survol de la situation et propose une série de vingt six recommandations. Dans un premier temps, le RAAV s’interroge: L’État québécois peut-il faire plus et mieux ? En matière de soutien aux acteurs du domaine (artistes et diffuseurs) l’association des artistes en arts visuels du Québec croit fermement que OUI. Après avoir décrit la situation économique peu enviable des artistes, l’association examine la plupart des problèmes existants et propose des façons de leur apporter des solutions.

Le dépôt de ce mémoire intervient au moment de la préparation du prochain budget gouvernemental. Il est à espérer que, dès cette année, les artistes pourront constater que le gouvernement québécois se préoccupe de la situation des arts visuels au Québec.

Pour consulter le document, voir le fichier joint.