Le Rapport du comité L’Allier

Information tirée du bulletin du Réseau québécois de la danse (RQD)

Le 9 avril dernier, au terme d’une démarche de réflexion menée durant tout l’automne avec l’ensemble des associations d’artistes, de producteurs et de diffuseurs concernés par la {Loi sur le statut de l’artiste} (32.1 et 32.01), le comité L’Allier déposait son Rapport. Avouons d’entrée de jeu l’audace et l’intelligence des conclusions et des recommandations soumises à la ministre St-Pierre.

Essentiellement, le Comité invite à penser autrement et à faire autrement, de sorte que l’industrie culturelle puisse prendre le virage économique et technologique qui s’impose. En d’autres termes, l’amélioration de la condition socioéconomique des artistes exige davantage que des modifications à l’environnement juridique déterminé par les deux lois S-32.1 et S 32.01. Celle-ci passe d’abord et avant tout par le développement de l’industrie culturelle et l’accroissement de la part de marché des produits culturels québécois.

Une lecture attentive de ce Rapport met en lumière l’importance de trouver pour chacun des secteurs de l’industrie culturelle des modalités d’application de la Loi qui soient viables et adaptées à ses réalités et enjeux de développement. Pour ce faire, le Comité propose de convier les partis, secteur par secteur, à discuter entre elles, avec l’accompagnement d’un facilitateur, pour régler les conflits en litige et, qui plus est, pour élaborer ensemble des mesures qui permettent de faire face aux changements tout en respectant l’écologie de chacun des secteurs de pratique.

L’État est donc interpellé dans sa responsabilité d’accompagnement et de soutien de l’industrie culturelle. Le devoir de l’État, selon le Comité, sera toujours, compte tenu de la taille du marché québécois, d’accorder à ses artistes, dont la contribution au caractère identitaire de la société québécoise est incontestable, le soutien nécessaire. Poussant la logique jusqu’au bout, le comité L’Allier recommande au gouvernement de ne pas abolir la TVQ sur les produits culturels et d’en verser les recettes, en totalité ou en partie, dans la mise en application de mesures qui améliorent la part de marché des produits culturels québécois, le soutien aux associations, et de façon générale, la condition socioéconomique des artistes.

Télécharger [le Rapport et les communiqués du comité sur le site du MCCCF->http://www.mcccf.gouv.qc.ca/index.php?id=20].