L’UNEQ félicite la nouvelle ministre de la Culture et des Communications

Communiqué publié par l'UNEQ

L’[Union des écrivaines et des écrivains québécois->http://uneq.qc.ca/] offre ses meilleurs vœux de succès à la nouvelle ministre de la Culture et des Communications du Québec et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Hélène David. L’UNEQ espère qu’elle saura conférer à la culture, au sein du nouveau gouvernement, la place de choix qu’elle mérite.

L’UNEQ s’attend à ce que madame David défende avec vigueur et conviction les grands dossiers qui mobilisent le milieu de la création et plus particulièrement celui du statut des artistes et de leurs conditions de pratique. Considérant les faibles revenus des écrivains et des artistes en général, l’UNEQ réitère la nécessité d’augmenter le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec pour contrer le sous-financement de ses programmes d’aide à la création. Elle demande également à la ministre de donner son soutien politique aux écrivains dans leur volonté de négocier avec les éditeurs une entente générale concernant leurs pratiques contractuelles comme le permet la Loi sur le statut professionnel des artistes des arts visuels, des métiers d’art et de la littérature.

L’UNEQ réclame également de la nouvelle ministre qu’elle appuie les créateurs dans leurs démarches pour faire respecter le droit d’auteur et qu’elle use de son poids politique pour accroître la présence de la littérature dans les programmes scolaires à tous les niveaux d’enseignement. Elle demande aussi à la nouvelle ministre de respecter le consensus obtenu dans le secteur du livre pour l’adoption d’une réglementation du prix du livre neuf imprimé et numérique, comme le réclame depuis deux ans le secteur du livre.

Créée en 1977, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois regroupe plus de 1500 poètes, romanciers, auteurs dramatiques, essayistes, auteurs pour jeunes publics et auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socio-économiques des écrivains.