Survivre en culture, la suite

Le mois dernier, appuyée par les travaux de ma collègue Isabelle Menier, agente de documentation, je mettais en lumière l’apport considérable, voire inestimable, du don de temps en bénévolat dans la survie de nos institutions culturelles montérégiennes.

La fréquentation des arts et la consommation de la culture par le public demeurent la meilleure source de revenus pour ces institutions et organismes. Toutefois, cela ne suffit pas. Il y a bien sûr des subventions qui comblent en partie les besoins, mais là encore c’est insuffisant. Aussi, pour assurer leur pérennité, les organismes culturels doivent accroître leurs activités philanthropiques, un secteur qui exige beaucoup de ressources et dans lequel la compétition féroce.

Faits saillants de la philanthropie au Québec

Une recherche de l’Institut Fraser, effectuée en 2010, donnait au Québec le plus bas « indice de générosité » de toutes les provinces canadiennes. Même son de cloche à l’analyse des données de Statistique Canada qui démontrent que le pourcentage de donateurs au Québec est parmi les plus bas au pays, mais aussi, que le don annuel moyen y est beaucoup plus bas que dans les autres provinces, soit 264 $ en 2013, alors que la moyenne canadienne était de 531 $.

Au Québec, le nombre de donateurs aux arts et à la culture était d’environ 200 000, soit 4 % du nombre total de donateurs québécois (5 500 000). En 2011, le ministère des Finances du Québec estimait à environ 45 millions de dollars les dons versés à la culture au Québec.

Des données encourageantes

Au Canada, nous remarquons une hausse du nombre de donateurs et de la valeur totale des dons aux OBNL artistiques et culturels effectués entre 2007 et 2013. Le nombre de donateurs est passé d’environ 759 000 en 2007 à un peu plus d’un million en 2013. Quant à la valeur totale des dons, celle-ci est passée de 111 millions de dollars en 2007 à 162 millions de dollars en 2013. Au Québec, les actifs des fondations privées et publiques en arts et en culture ont connu aussi des hausses importantes au cours des dix dernières années avec respectivement des augmentations de 88 % et 133 %.

J’ose espérer que la tendance à la hausse se maintienne et que nous prenions collectivement à cœur la survie de notre culture.


Dans le cadre d’une entente avec le L’Information d’Affaires d’ici, Sabrina Brochu, agente de développement et de services aux membres à Culture Montérégie, et responsable du projet Arts Affaires Montérégie, publie chaque mois une chronique arts affaires. Avec la permission de l’hebdomadaire, nous les regroupons ici pour consultation. Bonne lecture!