Pierre Ouellet reçoit le Prix du CALQ – Créateur de l’année en Montérégie

Le Conseil des arts et des lettres du Québec est heureux de décerner le Prix du CALQ – Créateur de l’année en Montérégie à Pierre Ouellet, romancier, poète et essayiste. Ce prix, assorti d’un montant de 5 000 $, lui a été remis par Céline Lavallée, directrice du soutien aux artistes, aux communautés et à l’action régionale du Conseil, lors d’une cérémonie organisée par Culture Montérégie. Tenue le 27 mars à la Salle Joseph-Normandin du Complexe Élodie-P.-Babin, situé à Saint-Philippe, cette soirée de remise de prix a réuni quelque 80 personnes, issues principalement du milieu artistique montérégien, ainsi que d’autres partenaires et amis de la culture.

Tous étaient rassemblés pour célébrer l’excellence artistique en Montérégie, notamment par la remise de ce 16e prix du CALQ dans la région. Gilles Garand, expert en patrimoine vivant et président par intérim de Culture Montérégie, a tenu à souligner l’importance de la présence du Conseil des arts et des lettres du Québec en Montérégie : « Que ce soit par le biais de ce prix remis ce soir, ou par le biais des ententes de partenariat territorial, la contribution du Conseil au déploiement des forces culturelles de la Montérégie est essentielle. »

Le lauréat, Pierre Ouellet

photo lauréat et finaliste prix Créateur de l'année en Montérégie
De gauche à droite : Gilles Garand, président par intérim de Culture Montérégie, Sylvie Massicotte, finaliste, Pierre Ouellet, lauréat, et Céline Lavallée, du Conseil des arts et des lettres du Québec. Crédit photo : Valérie Provost

Pierre Ouellet est romancier, poète et essayiste. Auteur de 45 livres, dont huit romans et une quinzaine d’ouvrages collectifs, il a reçu de nombreuses récompenses au fil de sa carrière. Son roman Légende dorée a reçu le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec; son recueil de poésie Dépositions, le Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières; le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie essai lui a été décerné à deux reprises pour À force de voir. Histoire de regards (2005) et Hors-temps. Poétique de la posthistoire (2008). En 2015, le prestigieux prix Athanase-David couronnait l’ensemble de son œuvre. Résidant à Saint-Jean-sur-Richelieu depuis 2004, son engagement dans la région a été reconnu en 2017 par le Prix Hommage du Comité culturel du Haut-Richelieu.

Membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada, Pierre Ouellet a obtenu un poste de professeur à l’UQAM en 1989. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique de 2002 à 2016, il a pris sa retraite de l’enseignement en janvier 2016, mais poursuit son travail d’écriture et de recherche. En 2017, il était d’ailleurs chercheur invité à l’Université Sorbonne-Nouvelle à Paris.

« Les membres du comité de sélection du Conseil ont souligné le parcours riche et foisonnant d’un écrivain qui ne s’est jamais cantonné dans un genre, passant du roman à l’essai ou de la poésie à la nouvelle avec autant de rigueur que d’inventivité. La profondeur de sa réflexion ainsi que la grande qualité de ses œuvres en font un pilier de la littérature québécoise », a mentionné Céline Lavallée, du Conseil.

« Ce prix-là a une valeur particulière pour moi, expliquait Pierre Ouellet au moment de recevoir le prix du Créateur de l’année en Montérégie. C’est un prix qui provient de mon milieu de vie. J’ai l’impression que ce sont mes voisins qui me donnent ce prix, ces gens qui cohabitent cette région qui continue de m’inspirer. » Il a ajouté, faisant également référence au Prix Hommage du Comité culturel du Haut-Richelieu qu’il a reçu l’automne dernier : « C’est un choix de vie, pas seulement un choix d’écrivain, qui est, d’une certaine manière, remarqué par un tel honneur. »

Les finalistes

Deux autres écrivains étaient finalistes pour l’obtention du Prix du CALQ : il s’agit de Mathieu Blais, de Longueuil, et, Sylvie Massicotte, de Saint-Bernard-de-Lacolle. Depuis 2005, le prolifique Mathieu Blais a publié neuf livres, tant de la poésie que des romans, chez des éditeurs réputés tels que Leméac, Triptyque et Trois-Pistoles. La candidature de cet enseignant en littérature au Cégep Édouard-Montpetit était également étoffée de nombreuses collaborations à des revues et des événements littéraires. Sylvie Massicotte, pour sa part, a publié à ce jour six recueils de nouvelles aux Éditions L’instant même, un récit chez Leméac et neuf romans jeunesse à la courte échelle, où elle a été directrice littéraire de la collection Poésie. Également parolière, ses mots ont été chantés par Diane Dufresne, Claire Pelletier, Isabelle Boulay, Breen Leboeuf, Luce Dufault et d’autres.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec

Dans une perspective de développement artistique équitable et durable, le Conseil soutient dans toutes les régions du Québec la création, l’expérimentation et la production dans les domaines des arts et des lettres et en favorise la diffusion et le rayonnement au Québec, au Canada et à l’étranger.  En décernant ce prix, le Conseil poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui aux créateurs dont les réalisations se distinguent par leur qualité et leur rayonnement.

Culture Montérégie

Fondé en 1977, Culture Montérégie a pour mission de regrouper et de mobiliser, dans un esprit de concertation, l’ensemble des personnes, physiques ou morales, établies en Montérégie qui exercent une activité professionnelle dans les domaines de la culture et des communications. L’organisme les représente et leur offre des services. Il fait la promotion de la culture et des communications et participe au développement culturel de la Montérégie.


En savoir plus


Présentation des finalistes 2017-2018

Mathieu Blais

photo Mathieu Blais écrivain
Mathieu Blais | Crédit photo : M.-C. P

Détenteur d’un doctorat en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, Mathieu Blais a fait paraître neuf titres depuis 2005, tant de la poésie que des romans, auprès d’éditeurs réputés tels que Leméac, Triptyque et Trois-Pistoles. Ses œuvres ont été bien accueillies par la critique de même que par ses pairs. En témoignent les nombreux prix et mentions reçues; en effet, il est lauréat du Prix Rina-Lasnier, finaliste au Prix Arlette-Cousture, aux Prix littéraires Radio-Canada et au Prix Jacques-Brossard, pour n’en nommer que quelques-uns. Son parcours littéraire a également été reconnu et soutenu par le Conseil des arts de Longueuil, le Conseil des arts des arts et des lettres du Québec et le Conseil des arts du Canada.Ces reconnaissances témoignent de la pertinence et de la qualité d’une œuvre qui s’écrit, année après année, dans le pluralisme, l’empathie et l’ouverture sur l’autre.

L’importance de la diffusion de ses réalisations a permis à Mathieu Blais, résident de Longueuil, de s’investir dans sa région avec énergie. Cet engagement passe notamment par son implication et sa disponibilité dans le milieu. Il a eu l’occasion de participer à plusieurs tables rondes, conférences et activités de médiation culturelle, à divers endroits en Montérégie, pour ainsi faire connaître son œuvre, mais aussi témoigner de la vitalité de la littérature québécoise. Cet enracinement local et ce désir de contribuer au développement culturel de sa régionsont pour lui les répercussions directes d’une œuvre qui s’y abreuve et y participe.

Mathieu Blais est également très actif au développement et au rayonnement de sa discipline, notamment par son rôle d’enseignant en littérature au Cégep Édouard-Montpetit, mais aussi par ses participations multiples à des revues littéraires (dont XYZ et Art le Sabord), à des comités de rédaction (dont Moebius, Saison baroque), de même qu’à des événements littéraires locaux ou internationaux (comme Octobre, le mois des mots à Sorel-Tracy et le Salon du livre de Paris).

Lien vers le site Web de Mathieu Blais : www.mathieublais.ca

Sylvie Massicotte

photo Sylvie Massicotte écrivaine
Sylvie Massicotte | Crédit photo : Vero Boncompagni

Nouvelliste et romancière, l’auteure Sylvie Massicotte explore la fragilité de l’existence dans une œuvre marquée par une fine acuité d’observation et un style épuré. À ce jour, elle a publié six recueils de nouvelles aux Éditions L’instant même, un récit chez Leméac et neuf romans pour la jeunesse à la courte échelle, où elle a été directrice littéraire de la collection Poésie. Sylvie Massicotte a aussi vu ses textes publiés dans des revues littéraires d’ici et d’ailleurs, dont Le Sabord, Nuit blanche, XYZ, Lieux d’être et Riveneuve Continents. Également parolière, ses mots ont été chantés par Diane Dufresne, Claire Pelletier, Isabelle Boulay, Breen Leboeuf, Luce Dufault et d’autres.

Résidente de Saint-Bernard-de-Lacolle, arrivée en Montérégie en 2000, Sylvie Massicotte ne se contente pas d’être publiée et lue. En effet, elle multiplie les occasions d’aller à la rencontre de ses lecteurs et lectrices, notamment dans la région, mais aussi ailleurs au Québec, en Belgique, en France, etc. Elle a, entre autres, été invitée à donner des ateliers d’écriture au Canada et en Europe, des classes de maître sur la nouvelle aux Correspondances d’Eastman et à l’Université de Rimouski, et des vidéos-conférences au Brésil par le biais du Centre de la francophonie des Amériques.

Outre ses activités d’enseignement et d’écriture qui ont mené à des collaborations multidisciplinaires avec des artistes de divers secteurs (danse, chant, cinéma), Sylvie Massicotte a arpenté le territoire montérégien, notamment en réalisant des lectures-rencontres dans des établissements d’enseignement, mais aussi dans des lieux inusités comme la Cidrerie du Minot à Hemmingford.

Si, d’une part, elle sillonne le territoire pour rencontrer ses lecteurs, elle se laisse également inspirer par ses paysages, comme en témoigne le recueil de nouvelles Avant d’éteindre, qu’elle a écrit grâce au soutien du CALQ dans le cadre d’une entente territoriale dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, et qui a été récompensé par le prix Adrienne-Choquette du meilleur recueil de nouvelles en 2015.

Lien vers le site Web de Sylvie Massicotte : sylviemassicotte.qc.ca

Pierre Ouellet

photo Pierre Ouellet écrivain
Pierre Ouellet | Crédit photo : Alexis K. Laflamme

Pierre Ouellet est romancier, poète et essayiste. Auteur de 45 livres, dont huit romans, et d’une quinzaine d’ouvrages collectifs, il a vu plusieurs de ses œuvres récompensées. Son roman Légende dorée a reçu le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec; son recueil de poésie Dépositions, le Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières; il a reçu le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie essai à deux reprises, pour À force de voir. Histoire de regards, paru en 2005, et pour Hors-temps. Poétique de la posthistoire, publié en 2008. En 2015, il a reçu le prestigieux prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre.

Dans un texte publié sur le site de l’UQAM à la suite de la publication de son roman Dans le temps, en 2016, Pierre Ouellet explique qu’il ne s’est jamais cantonné dans un genre littéraire, passant du roman à l’essai ou à la poésie. «L’essai me permet d’approfondir une question d’ordre philosophique, dit-il. Il m’arrive aussi de m’intéresser davantage à la musicalité de la phrase ou aux ruptures de ton. Le travail sur le poème prend alors toute son importance. Le roman, c’est la plaque tournante. Je peux y mettre du réflexif, du lyrique et du narratif. C’est le genre qui offre peut-être le plus de liberté parce qu’il peut conjuguer plusieurs approches.»

Membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada, Pierre Ouellet a obtenu un poste de professeur à l’UQAM en 1989. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique de 2002 à 2016, il a pris sa retraite de l’enseignement en janvier 2016, mais poursuit son travail d’écriture et de recherche. En 2017, il était d’ailleurs chercheur invité à l’Université Sorbonne-Nouvelle à Paris.

Résidant à Saint-Jean-sur-Richelieu depuis 2004, son implication dans la région a été reconnue par le Prix Hommage que le Comité culturel du Haut-Richelieu lui a décerné en 2017. Récemment, il a mené une lecture-performance au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire à l’occasion de l’exposition Migrant, de l’artiste David Moore, de Saint-Denis-sur-Richelieu, avec qui il prépare un livre.

Pour en savoir plus sur Pierre Ouellet, il est possible de consulter :